Yoga débutants #2 : premier cours

instinctyoga-premier-cours

Suite au précédent article Yoga débutants #1, vous avez réfléchi aux avantages et inconvénients de vous mettre au yoga… et sans grande surprise vous avez trouvé que ce serait finalement une très bonne idée. Bravo ! Vous avez bien raison.

Je vous accompagne jusqu’à votre premier cours pour vous aider à faire de cette expérience la meilleure possible.

Où et quand pratiquer ?

Nous avons déjà discuté du type de cours à privilégier pour commencer ainsi que des différentes formes de yoga. Encore une fois : optez pour une pratique qui ne soit pas trop rapide, et si possible un cours spécial débutant.e.s.

Je ne recommande pas de commencer avec un atelier. Cela sera plus constructif si vous avez déjà pris quelques cours ; et surtout vous aurez une idée bien plus réaliste de ce qu’est une pratique de yoga. Lorsque vous vous rendrez ensuite à vos premiers ateliers, évitez de vous ruer sur le premier « spécial inversions » que vous verrez. Je sais, tout le monde a envie de se mettre la tête en bas : mais sachez qu’il y a souvent d’autres choses à travailler et à conscientiser avant cette étape. Pas d’inquiétude, cela viendra bien assez vite.

Si vous êtes enceinte optez pour un cours de pré-natal.

Choisissez un studio qui vous arrange d’un point de vue organisationnel (distance, horaires…), sauf si vous avez l’objectif d’un cours ou d’un.e professeur.e bien précis.e qui vous inspire déjà confiance. Je vous suggère de choisir un lieu où vous pourrez emprunter un tapis. Sinon on sait bien ce qui va se passer : vous allez acheter quelque chose de pas cher, souvent trop petit ou trop grand, sur lequel vous allez glisser et vous serez ronchon.

Allez-y à n’importe quel moment si le cours vous attire. Le week-end peut être une bonne idée. Cela dépend de votre forme physique de base : après mon premier vrai cours collectif j’ai mis deux jours à pouvoir me déplacer de nouveau correctement (merci Benoît Piernot), j’étais contente d’y être allée un samedi matin et pas en plein milieu de semaine. Oui j’étais une petite mamie flagada, on peut le dire. Cela dépend aussi de votre niveau d’énergie et de votre degré de transpiration, surtout si vous prévoyez une autre activité ensuite. Par exemple si c’est entre midi et deux et que vous retournez au bureau après. Ou que vous allez à un rendez-vous galant. Ou pire à un rendez-vous galant au bureau.

Ajoutons un brin de bon sens. Ce n’est peut-être pas le meilleur moment si vous êtes enrhumé.e, si vous avez déjà fait plein de sport dans la semaine, si vous êtes ultra pressé.e, si vous avez des règles douloureuses… Vous verrez qu’avec l’habitude beaucoup de choses susceptibles de contrarier votre début de pratique vous sembleront ensuite totalement dérisoires et vous voudrez quand même votre dose de yoga. Mais autant faire du premier cours un moment où vous serez réceptif.ve afin de le rendre aussi agréable que possible.

Comment s’habiller ?

🍀 Les histoires de vêtements

C’est un cours de yoga, pas la Fashion Week. Faites simple et efficace : un legging, un t-shirt ou débardeur, une brassière. Les hommes sont généralement vus en short et t-shirt ou débardeur également. Mesdames évitez les mini shorts. Vous risqueriez de fortement le regretter pendant la pratique. Optez pour des pièces confortables, mais qui restent suffisamment près du corps pour éviter de vous empêtrer dedans ou que tout vous tombe sur le visage en chien tête en bas.

Vous n’avez absolument pas besoin d’investir une centaine d’euros dans un legging de qualité professionnelle, surtout pour débuter. Inutile d’acheter des choses dont vous ne vous servirez peut-être plus jamais ensuite. Vérifiez quand même l’opacité #squatproof de votre legging. Sauf si vous aimez montrer vos sous-vêtements (peut-être même vos protections menstruelles) Moi ça ne me pose aucun souci, en enseignant j’ai déjà vu toutes sortes de choses.

Evitez vraiment de pratiquer avec un soutien-gorge classique. Une brassière ne coûte pas très cher et ce sera beaucoup plus adapté et confortable. Plus généralement, ne venez pas au yoga en vêtements de ville. Ni en jupe. Non non non. Même si c’est pour du yin et que vous croyez qu’il ne va rien se passer de spécial. Vraiment. J’insiste.

🍀 Les histoires de pieds

Pas besoin de chaussures, le yoga se pratique pieds nus. Ce qui veut dire pas besoin de chaussettes non plus !!

Il semblerait que se mettre pieds nus soit insurmontable pour certaines personnes. Pourquoi ? Est-ce que vous dormez en chaussettes ? Vous vous douchez en chaussettes ? Vous allez à la plage en chaussettes ?? Je ne comprends pas. Vos pieds font partie de vous et ils passent presque tout leur temps dans de petites prisons qui contraignent leur mobilité, voire les détruisent à petit feu. Profitez donc de ce temps pour les libérer et les bouger enfin. Pourquoi les méprisez-vous de cette façon, ces pauvres pieds ? Parce qu’ils sont loin de votre tête ? Savez vous qu’ils sont la clé principale de votre capacité à vous mouvoir ? Que feriez-vous sans eux ? Enlevez ces chaussettes et laissez vos orteils s’étirer et bouger comme ils sont supposés le faire. C’est vraiment bon pour vous.

Quelques astuces

🍀 Les cheveux

Prévoyez de les attacher, ce n’est pas du tout le moment de faire sa bimbo. Il y aura toujours une personne pour rester impeccable du début à la fin, et puis les gens normaux comme vous et moi qui finiront de toute façon rouges et hirsutes.

Privilégiez un élastique à une pince, sinon ça va vous faire bizarre quand vous vous allongerez sur le dos et que le plastique essaiera de vous transpercer le crâne.

🍀 Les lunettes

Si vous êtes comme moi myope comme une (mignonne) petite taupe et porteur.se de lunettes, vérifiez que celles-ci restent en place quand vous avez la tête en bas.

J’ai connu une expérience traumatisante avec une nouvelle paire : au premier chien tête en bas elles sont venues se coller sur un de mes yeux, m’aveuglant pratiquement. L’enfer pendant une heure.

Si vous les enlevez en cours faites très attention à l’endroit où vous les posez puisque ça circule, on ne reste pas figé.e.s en Tadasana (posture de la montagne, debout à l’avant du tapis).

🍀 Les bijoux

Je connais des personnes qui pratiquent avec plein de bijoux et qui ne semblent jamais dérangées d’avoir des boucles d’oreille voltigeant dans tous les sens ainsi que des colliers prêts à les étrangler. Vous êtes peut-être dans ce cas (clairement moi pas du tout)

Attention si vous enlevez vos bijoux dans la salle, gardez les très près de vous pour éviter que quelqu’un ne les abîme, le risque d’oubli, et (surtout) que le/la professeur.e trébuche dessus et s’ouvre le pied. Je vous dirais bien de les laisser hors de la salle mais je suis lucide : je sais que c’est peine perdue.

Ha et ne croyez pas qu’on pratique avec des malas autour du cou.

🍀 Le crémage

Evitez d’être over maquillées et over parfumées, ça peut devenir assez compliqué en transpirant (ah le mascara qui coule, les traces de fond de teint sur le tapis et le parfum qui vire aigre ! Que du bonheur)

Limitez aussi l’application de crème hydratante sur le corps, sauf si vous aimez prendre le risque de suer de l’huile dans votre legging et que votre peau glisse pour certaines postures.

🍀 La digestion

Je vous conseille de ne pas manger deux heures avant et d’éviter lors du précédent repas tout aliment que vous ne digéreriez pas bien. N’arrivez pas non plus affamé.e depuis des heures et des heures. Il s’agit de simples précautions pour débuter. Par la suite vous vous connaitrez mieux et vous pourrez ajuster.

Avant le cours

🍀 Que prendre dans la salle ?

Ne gardez pas votre téléphone avec vous. Ça m’est arrivé de manière très exceptionnelle parce que la sécurité de la salle me paraissait particulièrement bizarre et je l’ai évidemment mis en mode avion. A minima réduisez votre téléphone au silence et laissez le loin de vous autant que possible. Allez ! Laissez-le bon sang ! Vous ne le regardez pas assez toute la journée ? Bien sûr que si ! Ne le regardez pas pendant le cours. Vous avez quelque chose à surveiller à tout prix ? Dans ce cas ne venez pas : vous ne profiterez même pas de votre pratique et ce sera lassant pour les autres.

Ne filmez pas, ne prenez pas de photos. Je sais qu’avec les réseaux sociaux, les frontières sont devenues un peu floues. Certain.e.s professeur.e.s acceptent que les élèves filment et partagent car cela leur permet de partager à leur tour et de bénéficier ainsi d’une forme de publicité supplémentaire. Personnellement je trouve que c’est un manque de présence, de respect, et que nous n’avons pas besoin de ça pour montrer que nous travaillons. En échange je ne vous prends pas non plus en photo pendant le cours. Ça me semble être un deal honnête, pas vrai ?

Passons à la fameuse bouteille d’eau. Celle à laquelle on aime bien s’accrocher comme à une bouée de sauvetage. Celle qu’on utilise quand on ne sait pas quoi faire. Déjà n’en amenez pas en Ashtanga, sinon certain.e.s professeur.e.s vous gronderont mais promis ce n’est pas méchant. De mon côté je ne vous gronderai pas mais sauf maladie, canicule, bref conditions très particulières, je préfère très vivement que vous n’en ameniez pas.

Premièrement parce que si vous êtes déshydraté.e c’est que vous n’avez pas assez bu avant. Deuxièmement parce que la bouteille d’eau sert généralement à se donner une contenance quand on est perdu.e ou dépassé.e. Oui oui on connaît le truc. Sauf que vous n’avez pas à faire semblant de quoi que ce soit en cours de yoga. Apprenez à être avec vous-même, quand ça va et quand ça va moins bien. Faites une pause si nécessaire mais vous n’avez besoin d’aucun prétexte. Promis. Troisièmement les probabilités que vous shootiez dedans à un moment ou un autre est vraiment grande.

Mais alors on ne prend rien avec soi ? J’ai trois accessoires en tête :

  • si vous transpirez beaucoup : une mini serviette absorbante
  • si vous avez les genoux fragiles : la serviette peut aussi vous aider, ou sinon des petits pads comme ceux de Décathlon
  • dans tous les cas : un mouchoir ! Toujours utile on ne sait jamais (un éternuement, un exercice de respiration vigoureux, un saignement de nez, un déblocage émotionnel…)

Dans la salle prenez également un ou deux blocs et une sangle si cela est disponible sur place. L’enseignant.e le précise généralement.

🍀 Quelques précautions

Signalez en début de cours tout problème de santé ou point particulier. Il est possible que la question soit posée en début de cours, mais pas toujours. Parfois d’ailleurs la question est posée et les élèves ne donnent pas l’information nécessaire, à leur détriment. Si vous êtes dans un cours avancé, les enseignant.e.s vous considèrent comme plus autonomes et posent moins la question. Mais si vous avez suivi mes conseils, vous êtes dans un cours adapté à votre état de débutant.e.

Signalez également si vous ne voulez pas être touché.e. Il est fréquent en cours que les professeur.e.s réalisent des ajustements manuels pour aider les élèves, et la plupart des gens viennent d’ailleurs aussi pour cet accompagnement. Si cela vous met mal à l’aise, peu importe la raison, dites-le. Aucune justification n’est nécessaire. Votre consentement et donc votre bien-être est la seule chose qui importe.

Enfin précisez si vous ne souhaitez aucun contact avec des huiles essentielles. Pendant savasana (la relaxation finale) le/la professeur.e circule parfois avec une huile parfumée pour un mini massage, ou bien seulement pour une rapide inhalation en passant ses mains au-dessus de votre visage. Dans le pire des cas (heureusement rare) certain.e.s se prennent pour des aromathérapeutes et utilisent des huiles essentielles pures sans prévenir. Soyez vigilant.e.s.

Ah et s’il vous paît ne restez pas les yeux grands ouverts en savasana à suivre l’enseignant.e du regard #creepy

🍀 Où se placer ?

Les débutant.e.s ont tendance à se mettre tout devant ou tout au fond. La meilleure place selon moi est au milieu. Je sais, c’est là que vous vous sentez vulnérable. Mais le/la professeur.e va se déplacer dans la pièce, le premier rang aidera donc à vous guider dans ces moments-là.

Certains cours se déroulent par ailleurs en mandala : c’est-à-dire que les élèves sont amenés à tourner sur leur tapis, et le derrière devient le devant. Du coup si vous êtes tout au fond en vous croyant caché.e vous serez drôlement surpris.e. Si vous aimez les surprises, remarquez, ça peut être fun.

🍀 La folle trinité : Intention / Om / Namaste

Est-ce qu’on chante vraiment Om ?? Ha. Est-ce que le ciel est vraiment bleu ?

  • L’intention

En début de cours il vous sera peut-être proposé de « poser une intention« . Vous pouvez trouver ça déconcertant. L’intention n’a pas besoin d’être très profonde. Ou elle peut l’être. C’est vous qui voyez.

C’est une façon de donner une dimension supplémentaire à sa pratique, de se l’approprier encore davantage, de voir parfois au-delà de soi-même. Je ne suis pas une fan de l’idée de « dédier sa pratique à quelqu’un ». A chaque fois ça me fait penser à ces candidat.e.s de télé-réalité survivaliste qui expliquent qu’ils/elles sont là pour leurs enfants et honnêtement je n’ai jamais bien adhéré à ce raisonnement car en tant qu’enfant je n’aurais pas vraiment aimé que mes parents me laissent en plan pour aller casser des noix de coco sur une île pseudo déserte en complotant. Mais ce n’est que mon avis.

Faites simple : vous pouvez poser l’intention de garder l’esprit ouvert et de vous respecter. Ou ne rien poser du tout, franchement ça vous regarde.

  • Om

Om peut se chanter en début et/ou en fin de cours. Parfois une fois, parfois trois fois, parfois ponctué d’un Shanti (paix). Pourquoi ce Om ? On trouve différentes explications. Il représenterait la vibration originelle de l’Univers, issue directement du vide, et serait ainsi à l’origine de tout. Les trois syllabes (en réalité A-U-M) représenteraient le cycle création – préservation – destruction qui se répète constamment. On peut considérer que le quatrième temps (le silence juste après) est également une syllabe, un espace vide plein de possibilités, d’un pouvoir créateur infini.

Pour ma part je trouve que cette vibration est une belle façon de se connecter à soi et aux autres, dans le moment présent.

Vous chantez faux ? Génial. Moi aussi. Chantez encore plus fort pour plus de fun. Il m’est arrivé d’être dans des cours où il était demandé de contenir son om en chantant le plus doucement possible. Moi j’aime que chacun.e puisse chanter de tout son coeur, de la façon qui lui convienne.

  • Namaste

Namaste se dit généralement en fin de cours et dissout la pratique. A la base il s’agit simplement d’un salut. Désormais on y prête d’autres significations sous-jacentes, en voici une brève interprétation de ma part : « Je reconnais et j’honore la lumière en toi, car elle est aussi en moi. Par ce partage, nous sommes semblables. Nous sommes Un. » Ok c’est de la broderie mais j’aime cet appel à prendre conscience de notre interconnexion. Nous sommes des constituants d’un même Tout. Pourquoi donc se déchirer ? Essayez de ressentir un namaste lorsqu’on vous écrase dans le métro, vous verrez que ce n’est pas si facile.

Dans tous les cas cela reste une formule de politesse : à un « namaste », répondez également « namaste » et votre professeur.e sera happy happy happy (en tous cas moi je le serai).

Pendant le cours

🍀 Votre priorité : l’écoute

Ecoutez. Ecoutez, écoutez, écoutez.

Vous trouvez ça évident ? Détrompez vous. La plupart du temps les débutant.e.s sont tellement déconcerté.e.s par les mouvements inédits, les noms inconnus et la présence des autres élèves qu’ils/elles ont des difficultés à réellement écouter.

Soyez attentif.ve.s aux noms des postures, aux instructions anatomiques (ischions, ischio jambiers, sacrum, sternum, omoplates, antéversion / rétroversion du bassin…), à votre souffle, à vos sensations.

Essayez donc de limiter votre envie dévorante de tourner la tête dans tous les sens pour observer les voisin.e.s de tapis, respirez par le nez (sans grogner s’il vous plaît, tout le monde appréciera), tout va bien se passer.

Ne vous comparez pas, écoutez, soyez patient.e.s.

🍀 Les surprises (mal)odorantes

Ok ce n’est pas le sujet le plus glamour mais il est bien possible que vous émettiez des gaz qui vous mettront très mal à l’aise. Oh ça va hein pas la peine de faire cette tête, je suis là pour vous dire la vérité et vous aider. Si les salles étaient pleines de licornes à paillettes je vous préviendrais aussi voyez-vous (dans certains cours magiques on peut presque voir des licornes, ça dépend de votre réceptivité !).

Pour certain.e.s cela semble évident, mais les problèmes digestifs, constipation… sont un réel problème dans notre société, générant mal-être (voire souffrance) et honte. Beaucoup de personnes ne savent plus déféquer quotidiennement et réapprendre cela n’est pas toujours facile. Le fait de remettre en mouvement votre corps (qui ne l’a peut-être pas été suffisamment depuis longtemps) contribuera à améliorer votre transit et avec une bonne hygiène alimentaire vous ne subirez peut-être presque plus ces inconvénients.

Bon et puis un accident peut arriver, inutile de rester bloqué.e dessus et de vous cacher en posture de l’enfant pendant le reste du cours. Surtout à Paris, tout le monde connaît la puanteur du métro donc on n’est plus à ça près.

🍀 La gestion de l’ego

On vous propose une modification rendant une posture plus accessible ? Faites-le.

On vous propose d’utiliser un bloc ? Faites le.

On vous propose de plier les genoux ? Faites le.

Ne vous laissez pas happer par cette spirale de l’ego qui fait aller trop loin, trop vite, en créant un sentiment parfois malsain. Surtout si vous avez déjà des petits schémas personnels d’auto-destruction ou même d’auto-dépréciation. En plus vous ne le savez pas forcément au début mais certaines postures ne vous seront peut-être jamais accessibles. Jamais. Il peut exister des contraintes anatomiques, tout simplement, et cela n’empêche pas du tout d’avoir au final une belle pratique avancée, pour peu qu’on la construise avec conscience au fur et à mesure. Avoir des petits objectifs est sain et stimulant. Devenir obsédé.e de la performance est à mon sens quelque chose à ne pas cultiver.

Evidemment pas de douleurs !

La fille à côté a l’air tout droit sorti d’Instagram ? Et alors ? Que savez vous de sa vie, de son anatomie, de sa pratique, de son historique de blessures, de ce qui se passe dans sa tête ? Rien du tout ! Donc laissez-la tranquille, ramenez votre attention sur vous-même. Et prenez ce bloc.

Après le cours

🍀 Protocole de sortie

A la fin d’un cours, je vous propose le petit checkup suivant :

  • Laissez la gratitude vous emplir quelques secondes
  • Faites attention à votre environnement : s’il y a un cours qui commence juste après essayez de libérer la salle assez rapidement (sans courir non plus dans tous les sens comme un cabri affolé)
  • Nettoyez votre tapis si vous en avez emprunté un
  • Rangez correctement vos accessoires si vous en aviez emprunté également. Les couvertures sont aussi à plier correctement, déjà parce qu’il est beaucoup plus agréable d’être dans un espace rangé mais aussi parce que s’il y a un cours de yin plus tard ça fera vraiment plaisir à tout le monde de trouver des couvertures bien pliées. On m’a déjà expliqué que les couvertures étaient mal pliées à la base. Euh oui et donc ?… Ce n’est pas parce que certaines personnes sont des goujats qu’il faut faire pareil.
  • Vérifiez que vous n’avez rien oublié (bijoux…)

Si vous avez des questions faites le autant que possible hors de la salle, surtout si un autre cours s’enchaîne juste après. Gardez en tête qu’il y a une différence entre poser une petite question et solliciter des conseils qui relèvent de cours particuliers (ceux-ci ont un coût et c’est justement pour d’excellentes raisons) ou même de consulting en entrepreneuriat.

Si le/la professeur.e a signalé qu’il/elle devait partir rapidement et ne pouvait donc malheureusement pas répondre aux questions, s’il vous plaît respectez cela. Les emplois du temps sont parfois vraiment compliqués.

N’hésitez pas à remercier cette personne qui a mis tout son cœur et toute son énergie pour vous guider dans votre pratique : quelques mots suffisent et c’est toujours appréciable.

Après le cours, pensez à vous hydrater (avec de l’eau, le café et le thé ne sont pas adéquats. L’alcool non plus petit.e.s malin.e.s) Ne tombez pas dans l’idée « mon corps est un temple je vais manger uniquement de la salade » Pas de restriction calorique ni protéique. Nourrissez-vous correctement et en quantité suffisante. Faites preuve de bon sens.

🍀 Keep in touch

Si vous avez apprécié la pédagogie d’un.e enseignant.e pensez à regarder son site web et ses réseaux sociaux. Avant de poser des tas de questions par des moyens incongrus, essayez de vérifier d’abord les informations sur ces différents canaux (Instagram sans oublier les stories à la une qui sont dans la bio, Facebook, site web…). Nous recevons par exemple beaucoup de demandes sur les plannings alors que les informations complètes figurent souvent déjà partout.

Vous pouvez aussi faire des demandes par mail. En ce qui me concerne je ne réponds plus aux demandes par messages privés Instagram, vous êtes prévenu.e.s ! Car c’est un peu la facilité pour les gens et par conséquent les demandes sont souvent assez… disons étonnantes. Les gérer consommerait une énergie que je préfère préserver et vous restituer de mon mieux en cours. Comptez sur moi en revanche pour vous porter toujours un maximum d’attention.

🍀 Le début du chemin…

Faites le point sur vos sensations après le cours et jusqu’à deux jours après. Ne tardez pas trop à prévoir vos prochaines pratiques, car souvenez-vous : il faut du temps pour créer une nouvelle habitude.

Ah et si pendant le cours vous aviez oublié tous ces conseils… C’est parfait.

Car l’important est de profiter du moment.

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply